Comment le numérique favorise l’accélération de la revente de mode

Comment le numérique favorise l’accélération de la revente de mode

La revente connaît actuellement une croissance 11 fois plus rapide que le secteur plus large de la vente au détail de vêtements, suggère une nouvelle étude sur le marché des vêtements d’occasion. D’après les chiffres cités dans le dernier rapport de ThredUp, le marché de la revente et de la friperie traditionnelle devrait atteindre 84 milliards de dollars d’ici 2030, soit plus du double de ce que vaudra le marché de la fast fashion (40 milliards de dollars) la même année.

L’année dernière, nous avons expliqué comment de nombreux détaillants s’intéressent à la revente, certains, comme Levi’s, ayant lancé leurs propres offres de vêtements d’occasion, tandis que les boutiques de charité traditionnelles comme Oxfam ont pris le virage en ligne. Aujourd’hui, avec des acquisitions très médiatisées et des entreprises technologiques qui exploitent la revente en tant que service, le marché de la revente connaît une nouvelle accélération.

La croissance des plateformes de vêtements d’occasion est tirée par les médias sociaux.

ThredUp affirme que la croissance du marché des vêtements d’occasion est tirée par les jeunes consommateurs, puisque 40 % des milléniaux et des consommateurs de la génération Z ont acheté des vêtements, des chaussures ou des accessoires d’occasion au cours des 12 derniers mois. Stimulés par le désir d’économiser de l’argent et/ou d’acheter une mode plus durable, les jeunes consommateurs utilisent également des applications de médias sociaux comme TikTok et Snapchat pour partager leur amour de la friperie et des vêtements vintage. Le hashtag #secondhandfashion compte 23,8 millions de vues sur TikTok.

La place de marché de la mode Poshmark reconnaît l’opportunité offerte par les plateformes de médias sociaux. Elle a récemment lancé sa propre mini-boutique sur Snapchat, qui permet aux consommateurs de naviguer et d’acheter sur la plateforme elle-même. En plus de renforcer la capacité de Poshmark à personnaliser le contenu et à se connecter avec sa communauté existante, le nouveau canal lui permettra d’atteindre un pourcentage plus élevé de jeunes consommateurs. Lors d’un entretien avec Forbes, le directeur du marketing de Poshmark, Tristan Young, a confirmé cet objectif. « Poshmark mini fera découvrir Poshmark à des millions de nouveaux acheteurs tout en approfondissant sa relation avec la génération Z, une partie importante et en pleine croissance de sa communauté », a-t-il déclaré.

Entre-temps, une autre société qui espère atteindre ce groupe démographique précieux est Etsy, qui a récemment acquis l’application de revente Depop dans le cadre d’une transaction en espèces de 1,6 milliard de dollars. Avec 90 % des utilisateurs de Depop âgés de moins de 26 ans, Etsy semble prêt à conquérir un nouveau public (en gardant Depop séparé de la base de consommateurs beaucoup plus âgés de sa plateforme Etsy).

Pour les jeunes utilisateurs, l’attrait de Depop réside dans son esthétique très sociale et très soignée, où les vendeurs sont encouragés à utiliser d’autres plateformes de médias sociaux en conjonction avec Depop pour « construire leur marque » et poursuivre le cycle de vie des vêtements.

En effet, Depop pourrait être une opération rentable pour Etsy, car d’autres plateformes de vente d’articles d’occasion prouvent la force actuelle et prévue du marché. ThredUp a révélé que ses revenus ont augmenté de 26,7 % au deuxième trimestre de cette année, atteignant près de 60 millions de dollars. De même, Poshmark a annoncé une hausse de 22 % de son chiffre d’affaires net pour atteindre 81,8 millions de dollars, tandis que ses acheteurs actifs ont augmenté de 16 % pour atteindre sept millions.

Formation marketing digital : quelles possibilités ?
Lire aussi :
Véritable vivier d’emplois, ce secteur nous permet d’embrasser une carrière d’avenir. Les…

L’émergence de la revente en tant que service

Alors que le marché de la revente et de la location gagne en puissance, nous voyons également des détaillants investir dans leurs propres services. C’est le cas d’Urban Outfitters, qui a récemment lancé Nuuly Thrift, un site web permettant aux clients de revendre des produits de n’importe quelle marque (pas seulement Urban Outfitters). Selon un communiqué de presse, les clients pourront transférer l’argent de toute transaction effectuée sur leur propre compte bancaire, ou l’échanger contre du « Nuuly Cash », qui vaudra 10 % de plus chez Nuuly Thrift et d’autres marques Urban Outfitters.

Ailleurs, H&M a lancé H&M Rewear au Canada, permettant de la même manière aux clients d’acheter et de vendre en ligne des vêtements de toutes marques.

Bien sûr, les opérations de revente ne sont pas faciles d’un point de vue logistique, mais ce n’est pas une coïncidence si de nombreux détaillants lancent des initiatives similaires à peu près en même temps. La raison en est que nombre d’entre eux s’associent désormais à de nouvelles entreprises émergentes de revente en tant que service, qui fournissent à la fois la technologie et l’expertise opérationnelle nécessaires à leur fonctionnement. L’une de ces entreprises technologiques est Reflaunt, qui est à l’origine de H&M Rewear ainsi que du nouveau service de revente de Harvey Nichols.

S’adressant à Fashion United, Felix Winckler, CCO et cofondateur de Reflaunt, décrit la proposition de base de Reflaunt comme une plateforme « conçue pour simplifier le processus d’inscription ». Essentiellement, Reflaunt agit comme un « intermédiaire » pour les marques, en prenant en charge le processus de revente sur plusieurs plateformes d’occasion, dont eBay. Son atout est qu’il crée des parcours clients en accord avec le ton et l’identité de la marque, en veillant à ce qu’ils s’intègrent à son CX plus large (et à des fonctions comme le support client et le marketing).

Une autre société proposant la revente en tant que service est ThredUp, qui a récemment annoncé qu’elle allait acquérir la société de revente de mode Remix Global AD, ce qui lui permettra de poursuivre son expansion européenne. Actuellement, ThredUp propose sa technologie et ses services (y compris l’exécution) à des entreprises comme Fabletics, Urban Outfitters et au service de revente de jeans Madewell. Ce dernier permet aux clients de retourner n’importe quelle paire de jeans usagés (de n’importe quelle marque) en échange d’un crédit de 20 dollars. Ensuite, le denim est soumis à un processus de contrôle de qualité via le centre de distribution de ThredUp avant d’être revendu en ligne ou dans certains magasins Madewell pour une fraction du prix d’origine.

Il est intéressant de noter que les marques de mode ne sont pas les seules à exploiter les possibilités de revente. Récemment, LG a annoncé un partenariat avec ThredUp dans le cadre de sa campagne « Second Life », cimentant ainsi la demande d’initiatives de durabilité dans tous les secteurs. Cette campagne permettra aux clients américains de commander un « LG Donation Clean Out Kit », qui leur permettra d’envoyer gratuitement à ThredUp tous les vêtements, chaussures et accessoires de seconde main. En échange, LG et ThredUP feront un don de 5 dollars à une organisation caritative choisie par le vendeur, avant de donner une seconde vie aux articles et de les revendre sur la place de marché ThredUp.

Trove – la plateforme qui se cache derrière les services de revente de Lululemon et Levi’s – est une autre entreprise technologique qui gagne du terrain. Trove a récemment obtenu un financement de 77,5 millions de dollars, ce qui porte son montant total à 122,5 millions de dollars. Selon Brook Porter, associé fondateur de G2 Venture Partners, la raison pour laquelle de nombreux autres détaillants manifestent leur intérêt est de rendre compte du manque d’autorité sur la vente de leurs propres biens d’occasion ailleurs.

« Les marques sont toutes en train de se rendre compte de la même chose : Elles voient des quantités massives de leurs produits sur des sites de peer-to-peer et n’ont aucun contrôle », a-t-il déclaré à Business of Fashion. Par conséquent, les entreprises de revente en tant que service comme Trove permettent aux marques de prendre le contrôle de leurs produits – tout en offrant des avantages plus larges pour le client, notamment la durabilité et l’accessibilité financière.

faire-attention-reponses-emails
Ceci pourrez vous intéresser :
Avez-vous regardé les réponses à vos courriels dernièrement ? Je parle des…

Utilisation des données pour déterminer la demande de seconde main

Un grand nombre de marques de luxe ont évité les partenariats de revente, car beaucoup pensent que le marché de l’occasion peut diminuer l’exclusivité et diluer l’importance des nouvelles collections. Cependant, les plateformes technologiques tentent de convaincre les marques de luxe que le marché est désormais trop important pour être ignoré.

C’est le cas de The Archivist, qui aide les marques de luxe à « récupérer » leurs produits, principalement grâce à des informations sur la façon dont leurs produits se comportent en dehors de leurs propres canaux. Sa solution Resale Intelligence surveille les produits qui se vendent et où ils se vendent, et aide les marques à trouver et à prendre des mesures contre la vente de produits contrefaits. Selon Vogue Business, les futurs services de The Archivist comprendront également « des rachats en magasin, une place de marché de seconde main de marque et une place de marché peer-to-peer pour l’achat et la vente ».

La demande de mode de luxe d’occasion étant en hausse, l’authenticité et le contrôle (alimentés par les données) pourraient devenir un différentiateur clé pour les marques de détail permettant la vente de mode d’occasion.

De même, pour The Archivist et d’autres sociétés de revente en tant que service, la capacité d’aider les marques de détail à attirer les consommateurs des marchés d’occasion rivaux – et surtout à les fidéliser – est susceptible de générer des investissements supplémentaires dans ce domaine.

business-5475661_640
A voir aussi :
Quelles sont les différentes formes de marketing ? 5 types de marketing…

informatique-attitude

Related Posts

Comment améliorer et transformer l’expérience d’achat grâce à WhatsApp Business

Comment améliorer et transformer l’expérience d’achat grâce à WhatsApp Business

Comment communiquer sur les réseaux sociaux ?

Comment communiquer sur les réseaux sociaux ?

Passez au management collaboratif avec Incollab

Passez au management collaboratif avec Incollab

Le marketing de genre, qu’est-ce que c’est ?

Le marketing de genre, qu’est-ce que c’est ?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *