Comment le numérique change l’industrie pharmaceutique et des soins de santé

Comment le numérique change l’industrie pharmaceutique et des soins de santé

La question clé, bien sûr, est de savoir si ces tendances accélérées se transformeront en changements à long terme, mais la recherche (et la croissance prévue) le suggère. Avant la pandémie, le marché de la santé numérique devait connaître un taux de croissance annuel de 9 % entre 2019 et 2026. Après la pandémie, ce chiffre a été révisé à 33,4 % entre 2020 et 2027.

Dans cette optique, voici un résumé de certaines des plus grandes tendances numériques et de leur impact potentiel sur le secteur.

L’engagement des patients passe par le numérique

Une étude d’Ipsos a révélé que seuls 10 % des prestataires de soins de santé aux États-Unis avaient vu des patients par le biais de la télémédecine avant la pandémie, chiffre qui est passé à 70 % depuis.

La télémédecine (ou la télésanté, plus largement) peut désigner toute une série de services à distance, notamment les consultations vidéo, les portails de patients (pour la communication avant ou après un rendez-vous) ou d’autres types d’assistance virtuelle.

Le tableau est similaire en Europe, puisque 70 % des professionnels de la santé déclarent avoir effectué davantage de consultations en ligne pendant la Covid-19 et que, fait crucial, 76 % des médecins affirment qu’ils effectueront davantage de visites virtuelles après la pandémie. Cela suggère que, si la télésanté est devenue initialement une question d’urgence (car les patients n’ont pas pu voir les médecins en face à face pendant la pandémie), des facteurs plus larges tels que le gain de temps et une plus grande commodité pourraient rendre les services virtuels préférables pour les patients à long terme.

Outre les avantages pour les patients, les services numériques peuvent également éliminer les retards dans les rendez-vous et la charge excessive pour le personnel. Il peut s’agir d’une démarche purement administrative, ce que McKinsey appelle la « porte d’entrée » numérique, qui fournit aux patients « un canal numérique transparent pour accéder à leurs prestataires ».

La plateforme d’engagement des patients, DrDoctor (qui est maintenant largement utilisée dans le NHS), prévoit qu’un quart des rendez-vous ambulatoires programmés chaque semaine pourrait être supprimé en adoptant une approche numérique d’abord. Si, par exemple, la technologie demande aux patients s’ils souhaitent réellement être vus en personne, ou vérifie à distance si les symptômes d’un patient s’aggravent. Par conséquent, DrDoctor suggère que cette stratégie du « digital-first » pourrait aider le NHS à résorber son retard en matière de rendez-vous en seulement huit mois.

Les recherches suggèrent que les consommateurs pourraient préférer une approche hybride des soins de santé à l’avenir. Dans une enquête récente de Kyruss, plus de 40 % (des consommateurs américains interrogés) ont déclaré qu’ils préféraient accéder aux services virtuellement ou par une combinaison de visites virtuelles et en personne.

Simon Stebbing, responsable de la publicité et de l’innovation chez Ogilvy Health, a expliqué à Econsultancy que les consommateurs apprécient la transparence de la télésanté, qui « permet aux patients de consulter leurs données, d’accéder à leurs dossiers médicaux et d’avoir des ordonnances prêtes à être retirées immédiatement. La rapidité et l’homogénéité de l’ensemble de ce processus, de l’autodiagnostic au rendez-vous, en passant par le traitement et l’exécution, est quelque chose que nous espérons tous voir perdurer. »

« Cependant, ajoute M. Stebbing, pour beaucoup, la relation qu’ils entretiennent avec leur médecin, l’aspect social et les discussions plus approfondies qui sont souvent associées aux visites en personne vont diminuer. Je pense donc que les professionnels de la santé doivent être un peu moins transactionnels en matière de télésanté et s’assurer qu’ils conservent cette nature discursive et ces relations virtuelles. »

Bien sûr, tous les consommateurs ne sont pas prêts à adopter les rendez-vous virtuels, et l’accès à la technologie et à une connexion Internet fiable n’est pas toujours possible, c’est pourquoi les innovations en matière de télésanté sont de plus en plus combinées à des points de contact physiques.

Prenez par exemple la station de soins virtuels de Philips, une entreprise de télésanté qui fournit des services de soins virtuels dans des lieux pratiques aux États-Unis, comme des magasins de détail, des bibliothèques et des mairies. Au Royaume-Uni, Medic Spot propose un service similaire, permettant aux patients de prendre des rendez-vous virtuels avec un médecin généraliste privé dans des pharmacies participantes situées à proximité, et de récupérer leurs ordonnances.

Communiquer via une newsletter
Ceci pourrez vous intéresser :
Quel contenu dans une newsletter ? Une newsletter n’est pas un article…

La connectivité mobile au service de la santé personnalisée

Si les services de télésanté peuvent rationaliser les services de diagnostic, la technologie numérique peut également aider les patients à gérer et à suivre eux-mêmes le traitement de certains problèmes de santé physique et mentale. Souvent, la prestation de soins de santé numériques se fait par le biais de la téléphonie mobile, ce qui permet une expérience fluide pour le patient.

Le rapport « Future of Digital Healthcare » d’Econsultancy, en association avec Adobe, explique comment le mobile a joué un rôle crucial pour les fabricants de dispositifs de surveillance continue du glucose (CGM) pour la gestion du diabète. Jake Leach, directeur de la technologie chez Dexcom, a déclaré : « La possibilité d’un contrôle à distance est une véritable aubaine pour la santé et le confort des patients et la pandémie a vraiment mis en lumière ce besoin. Les personnes du réseau de soins du patient peuvent recevoir des alertes de glycémie en temps réel ou des notifications indiquant que leur proche peut avoir un problème. »

Tout comme le mobile, les dispositifs médicaux et les applications portables peuvent aider les patients à surveiller un large éventail de conditions ou à atteindre des objectifs de santé, tels que la réduction de la pression artérielle, la poursuite de la perte de poids et même la réduction de la douleur. Hinge Health, par exemple, est un système de soins numériques destiné aux personnes souffrant d’affections musculo-squelettiques (MSK) chroniques, telles que des douleurs dorsales ou articulaires, qui vise à aider les patients à atténuer la douleur et, à terme, à réduire les interventions chirurgicales inutiles.

Un autre exemple est Babyscripts, une plateforme virtuelle de soins de maternité qui permet aux obstétriciens de dispenser des soins prénataux et postnataux à l’aide d’une application mobile et d’outils de suivi à distance des patients, ce qui réduit finalement les visites en personne à l’hôpital pendant toute la durée de la grossesse. Babyscripts aurait réduit les visites prénatales en personne de 12 à 14 à seulement quatre à six visites pour les patientes enceintes.

Avec ce type d’élan, les investissements dans les technologies médicales (ou medtech) devraient augmenter afin de soutenir une population vieillissante (et de réduire la pression sur les systèmes de soins de santé) – en particulier lorsque de nouvelles innovations sont mises en avant. Selon certains rapports, l’industrie des dispositifs médicaux pourrait atteindre plus de 8,5 milliards de dollars d’ici 2025.

Simon Stebbing, d’Ogilvy Health, suggère que la technologie connectée sera la clé de la personnalisation des soins de santé à l’avenir. « Les données contenues dans les appareils sont en train de passer de la mesure à la prédiction et à la prévention », explique-t-il. « À mesure que la connectivité des DSE et l’accès aux HCP s’améliorent, par exemple, nous commencerons à voir une plus grande personnalisation des soins de santé à l’individu. »

« L’agrégation de données clés à travers les populations de patients ouvrira également des opportunités pour de nombreuses entreprises pharmaceutiques de devenir des entreprises de données qui peuvent adapter les traitements aux individus. Avec le nouvel iOS Health, par exemple, la démarche et d’autres évaluations sont effectuées en temps réel, avec la possibilité de partager ces données en temps réel avec les professionnels de la santé – bien que la question de savoir s’ils ont la capacité, en dehors du rendez-vous avec le patient, de les examiner et de les évaluer soit entièrement différente. »

q-commerce-definition
Voir l’article :
Le Q-commerce, qui signifie « commerce rapide » – également connu sous le nom…

Une concurrence croissante dans le commerce électronique des soins de santé

Les professionnels de la santé et les patients utilisant de plus en plus Internet pour leurs recherches médicales, le référencement dans le secteur de la santé et de l’industrie pharmaceutique gagne en importance. Lors du Hangout Google Search Central SEO du 26 mars, John Mueller de Google a souligné que le moteur de recherche se préoccupe surtout de l’expertise, de l’autorité et de la fiabilité (EAT) lorsqu’il s’agit d’entreprises de la catégorie « Your Money Your Life » (YMYL).

Mueller a déclaré : « Je pense qu’en ce qui concerne ce type de sites, il s’agit moins de tactiques que de s’assurer qu’il s’agit vraiment d’une entreprise légitime et qu’elle s’appuie sur des sources appropriées et dignes de confiance. Il ne s’agit donc pas seulement d’un contenu de haute qualité, et de faire toutes ces syndications, toutes ces choses. Mais il faut vraiment s’assurer qu’il est écrit par un médecin, qu’il est créé par des professionnels de la santé qui sont légitimes dans leur domaine. »

La présence en ligne est une chose qu’Amazon connaît bien, ce qui rend son expansion continue dans le commerce électronique de la santé encore plus remarquable. Depuis l’acquisition de la pharmacie numérique PillPack en 2018, Amazon a effectué un certain nombre de mouvements au sein du secteur pharmaceutique, notamment avec le lancement d’Amazon Pharmacy en novembre 2020. Amazon Pharmacy permet aux utilisateurs de rechercher et de comparer des médicaments génériques et de marque en utilisant son site web ou son application, les membres Prime bénéficiant également d’un avantage en termes d’économies. Plus récemment, Insider a rapporté qu’Amazon allait lancer une nouvelle marque « Diagnostics » comprenant des kits de test Covid ainsi que des kits pour les maladies respiratoires et les maladies sexuellement transmissibles.

Rob LaHayn, PDG de Touchcare, a déclaré à Pharmaceutical Technology que les initiatives d’Amazon dans ce domaine pourraient s’avérer dangereuses pour les petites pharmacies indépendantes aux États-Unis. « Avec environ 126 millions de membres d’Amazon Prime », a-t-il déclaré, « beaucoup vont sérieusement envisager de transférer leurs services de prescription vers l’expérience pratique et peu coûteuse d’Amazon ».

Amazon n’est pas le seul à se lancer dans ce domaine. Un certain nombre d’entreprises de santé s’adressant directement aux consommateurs (telles que Hims, Ro et Blink Health) répondent à la demande de livraison rapide, efficace et pratique de produits de santé tels que les vitamines et les médicaments en vente libre, ce qui évite de devoir se rendre chez le médecin et dans une pharmacie.

Le Lancet émet un avertissement, expliquant que « bien que l’attrait de ces produits pour les consommateurs soit évident, les produits de vente directe aux consommateurs contournent les filtres et les protections typiques des systèmes de soins de santé. Le risque est que des produits de faible valeur, voire dangereux, inondent le marché commercial des soins de santé. »

La réglementation est donc essentielle, tout comme le rôle des cliniciens qui doivent guider les patients sur les avantages (et les pièges potentiels) des produits de consommation directe.

education-5600987_640
Voir l’article :
Comment organiser un Webinar avec teams ? Comment créer votre webinaire en…

Intelligence artificielle pour la découverte de médicaments

Qu’il s’agisse de trouver les bons candidats pour les essais cliniques ou de découvrir des diagnostics, l’intelligence artificielle est désormais largement utilisée dans le secteur de la santé et de l’industrie pharmaceutique. La découverte de médicaments est un autre domaine qui gagne en popularité, un nombre croissant d’entreprises utilisant l’IA et l’apprentissage automatique pour mieux comprendre les maladies et les médicaments potentiels. En novembre dernier, DeepMind, l’IA de Google, a annoncé que son programme AlphaFold pouvait prédire la structure des protéines, démontrant ainsi comment les méthodes informatiques peuvent transformer la recherche en biologie.

Selon Google, AlphaFold aidera à comprendre des maladies spécifiques, « par exemple en aidant à identifier les protéines qui ont mal fonctionné et à raisonner sur la façon dont elles interagissent. Ces connaissances pourraient permettre un travail plus précis sur le développement de médicaments. »

Les professionnels de l’industrie restent prudents quant à l’exagération de ces annonces, mais il existe deux domaines dans lesquels les entreprises obtiennent des résultats intéressants. Comme le souligne Genetic Engineering and Biotechnology News, ces résultats proviennent des « algorithmes NLP » qui « peuvent rapidement passer au peigne fin de vastes collections de données et identifier des modèles et des relations précédemment négligés qui pourraient être pertinents pour l’étiologie et la pathologie d’une maladie ». Deuxièmement, l’apprentissage automatique peut être utilisé de manière similaire pour « l’analyse d’images » de données visuelles telles que les scanners IRM (plutôt que des documents textuels), « afin d’approfondir leurs analyses de la pathologie de la maladie. »

Une autre mise en œuvre de l’intelligence artificielle au sein des soins de santé concerne la chaîne d’approvisionnement, permettant une efficacité accrue grâce à la numérisation. Dans ce contexte, l’IA peut également être utilisée pour suivre et signaler les effets secondaires des médicaments ou des vaccins, tels que ceux observés avec le vaccin Covid-19. Nasdaq explique comment l’agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a utilisé la solution technologique d’IA de Genpact pour permettre au gouvernement de suivre le déploiement du vaccin (par lot, lot et lieu) ainsi que d’analyser et de signaler tout effet indésirable.

Ce type d’innovation, selon Simon Stebbing d’Ogilvy Health, « est quelque chose que le secteur réclame à cor et à cri » pour accélérer « le processus de mise sur le marché des produits ».

VR pour la formation et l’assistance à distance

La pandémie de Covid-19 a accru le besoin de formation à distance dans le secteur des soins de santé, les cliniciens et les étudiants en médecine étant dans l’impossibilité de se déplacer en personne. Virti est une entreprise qui propose une solution sous la forme d’une technologie de réalité mixte, permettant aux utilisateurs d’interagir avec des patients virtuels et d’entreprendre des scénarios de jeux de rôle. L’objectif est d’aider les professionnels de la santé à développer des compétences générales, telles que l’explication des diagnostics et la gestion des situations difficiles ou stressantes.

Le Dr Alex Young, fondateur et PDG de Virti, suggère que la nature immersive de la formation peut être beaucoup plus efficace pour que les étudiants retiennent les connaissances par rapport à l’apprentissage en face à face ou dans les livres, citant une étude qui a montré que la formation avec la technologie numérique immersive de Virti a amélioré la compréhension des mesures de contrôle des infections de 76%, et a amélioré la rétention des connaissances des directives cruciales de santé et de sécurité de 230%.

« En bref, la formation XR (c’est-à-dire la réalité croisée ou mixte) offre une voie moins coûteuse, plus rapide, plus efficace et plus simple pour acquérir des compétences, tout en renforçant la confiance et en permettant l’évolutivité », a-t-il déclaré à Tech Round. « Le ciel est vraiment la limite quand il s’agit d’étendre et de tirer parti de la puissance de la technologie XR dans le domaine de l’éducation. »

Au-delà de l’éducation de base, les entreprises exploitent également l’IA, le ML et la RV pour l’assistance et la formation médicales en temps réel et à distance. La technologie VR de Touch Surgery simule des opérations pour permettre aux chirurgiens d’exercer leurs compétences en dehors de la salle d’opération, tandis que sa plateforme de gestion des vidéos chirurgicales alimentée par l’IA permet aux chirurgiens d’analyser et de partager des vidéos.

De même, Proximie est une entreprise technologique qui permet aux chirurgiens de collaborer et de partager leurs compétences en temps réel, ainsi que de participer à distance à des procédures en direct. En septembre 2020, il a été annoncé que Proximie avait réalisé sa 5000e procédure, avec une moyenne de 700 procédures ayant lieu chaque mois dans 35 pays sur cinq continents.

Développer des communautés de santé intelligentes

Si les entreprises du secteur de la santé ont tendance à considérer la numérisation comme quelque chose qu’elles doivent mettre en œuvre (et apporter aux patients), il est également vrai que le comportement général des consommateurs a un impact sur les soins de santé. En d’autres termes, les consommateurs recherchent de plus en plus des soins de santé numériques à leurs propres conditions et dans les canaux qu’ils utilisent déjà.

Nous constatons que certaines entreprises vont à la rencontre des consommateurs là où ils se trouvent. Le rapport « Future of Digital Healthcare » d’Econsultancy cite comment GSK a lancé un outil de dépistage d’une maladie pulmonaire via WeChat. Si l’utilisateur obtenait un résultat inférieur à 70 % à l’alcootest, l’outil d’autodiagnostic l’avertissait de se rendre à l’hôpital pour un contrôle.

Paul Duxbury, directeur de programme, capacité marketing chez GSK, a expliqué à Econsultancy comment « créer une autre application » n’est pas nécessairement utile pour l’utilisateur final. « Dans des pays comme la Chine, nos clients sont absolument enfermés dans des écosystèmes complets comme Weibo et WeChat », explique-t-il. « En tant que prestataires de soins de santé, vous devez faire preuve d’humilité et vous demander comment je peux m’intégrer dans la vie des clients et tirer parti de la façon dont leur vie est numérisée… »

Outre les canaux sociaux existants, nous assistons également à la création de réseaux sociaux dédiés aux soins de santé, tels que MedHelp et HealthUnlocked. Ce dernier fait fonctionner un réseau de plus de 500 groupes de défense des patients pour apporter un soutien aux membres dans des communautés spécifiques à une condition, ainsi que pour renvoyer les gens vers des sources validées comme le NHS et l’Organisation mondiale de la santé afin de lutter contre la propagation de la désinformation en ligne. Jorge Armanet, directeur général et cofondateur de HealthUnlocked, décrit les plateformes comme HealthUnlocked comme des « communautés de santé intelligentes », qui aident à « connecter les gens à tout ce dont ils ont besoin pour vivre une vie saine. »

« Pensez aux consultations médicales en ligne instantanées par rapport à la nécessité de prendre un jour de congé pour se rendre dans un cabinet médical doté d’un personnel complet. Ou encore les programmes éducatifs en ligne visant à améliorer l’observance de la posologie des médicaments prescrits par les patients par rapport au coût que représente le non-respect de la posologie pour l’individu et le système », ajoute-t-il.

Les attitudes à l’égard des soins de santé ayant évolué depuis Covid et la technologie jouant un rôle croissant dans le parcours des patients, nous pourrions assister à de nouvelles perturbations sur le marché de la santé numérique dans un avenir proche.

informatique-attitude

Related Posts

Pourquoi contacter une agence web ?

Pourquoi contacter une agence web ?

Comment devenir un développeur web ?

Comment devenir un développeur web ?

58 outils pour construire votre Stratégie de marketing digital

58 outils pour construire votre Stratégie de marketing digital

Pourquoi créer un blog pro

Pourquoi créer un blog pro

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *